29-30 juin, 1er juillet.

Depuis le week-end passé, vous pouvez chaque soir voir les trois planètes Vénus, Jupiter et Saturne alignées dans le ciel en début de nuit. Les planètes semblent au même endroit et pourtant si vous êtes un peu attentif, vous devriez les voir bouger jour après jour… et pas à la même vitesse !

Comme la distance au Soleil de chaque planète est très différente, l’effet est plus visible sur les planètes proches : vous verrez ainsi facilement Vénus se déplacer chaque jour par rapport aux étoiles d’arrière-plan.

Pour Jupiter, il faudra être plus attentif, mais voici une astuce. Tous les soirs, dessinez de petits diagrammes de positionnement (sommairement, Jupiter et le dessin des étoiles qui semblent l’entourer). En une semaine, vous noterez facilement qu’elle s’est déplacée !

Saturne, quant à lui, fait le tour du Soleil en approximativement 30 ans. Dans ce cas, l’observation à l’oeil est trop délicate car son déplacement est très, très lent !

Des millions d’astéroïdes tournent autour du Soleil. Formés en même temps que les planètes, il y a 4,5 milliards d’années, ils sont les vestiges et les témoins de cette époque. C’est la raison pour laquelle les étudier nous renseigne sur les origines de notre planète.

La semaine passée nous vous parlions de la sonde Hayabusa2 qui s’approchait de l’astéroïde Ryugu. Elle est à présent arrivée et commence à nous livrer des photos détaillées de ce grand rocher de 900 mètres de long qui tourne doucement sur lui-même.

Elle a pour mission de revenir sur Terre avec un échantillon de cet astéroïde. Pour cela, les ingénieurs japonais ont imaginé une méthode peu commune : la sonde va tout d’abord cartographier Ryugu, pour choisir le lieu de prélèvement. Elle va ensuite envoyer un explosif sur l’astéroïde, partir se cacher de l’autre côté de celui-ci, puis revenir une fois que la détonation aura eu lieu. Elle pourra ainsi procéder au prélèvement dans le cratère ayant mis à nu la matière enfouie.

Une mission bien complexe dont nous vous ferons suivre les épisodes.

22-24 juin 2018.

Nous venons de dépasser le solstice et les nuits vont commencer à doucement raccourcir.
Samedi, profitez donc du coucher de Soleil tardif pour découvrir la bagatelle de trois planètes d’un seul coup d’oeil ! Le tout, surmonté de la Lune, qui surplombera ce bel arc de cercle céleste.

Le premier astre qui apparaitra au coucher du Soleil sera Vénus, au Nord-Ouest. Vous verrez également la Lune, plein Sud, et petit à petit, Jupiter commencera à se faire voir, juste en dessous d’elle.

Encore quelques minutes pour que le ciel soit plus sombre et vous pourrez découvrir Saturne, à L’Est, au-dessus de l’horizon.

Cette fois ce n’est pas l’astéroïde qui vient à nous, mais Hayabusa 2 qui va le rencontrer.

L’agence spatiale japonaise n’en est pas à son premier exploit : en 2005, elle envoyait une sonde chercher un échantillon de matière sur un astéroïde, pour le ramener ensuite sur Terre. La mission avait été rocambolesque mais avait réussi à nous dévoiler des photos incroyables de l’astéroïde Itokawa et avait même permis de découvrir un mini satellite orbitant autour de celui-ci.
C’est à présent la sonde Hayabusa 2, partie en 2014 , qui est en approche de l’astéroïde Ryugu avec comme objectif d’aller y collecter un échantillon et de nous le ramener.

Voici la photo de cet astéroïde prise à 215 km de distance. La sonde arrivera sur place d’ici 10 jours.

Pas de Lune pour vous déranger ce week-end. Vous pourrez donc observer un magnifique ciel !

Nous approchons du solstice et l’heure du coucher de Soleil arrive à son point le plus tardif. Profitez donc tranquillement de votre longue soirée avant de jeter un oeil, dès 21h30, en direction de l’Ouest pour voir apparaître Vénus, l’astre le plus brillant en ce moment.
L’obscurité va doucement s’installer et vous verrez ensuite Jupiter au Sud.
Si vous avez pris le temps d’observer, vous serez maintenant proche de 22h30 et Saturne s’est levé au Sud-Est… alors que Vénus ne s’est pas encore couchée.

Vous y êtes : trois planètes d’un coup !

En 1930, Edwin Hubble réussissait à photographier une étoile dans la galaxie d’Andromède, éloignée de 2,5 millions d’années-lumière. Jusque-là on n’y voyait qu’un nuage brillant sans réussir à y distinguer d’étoiles mais on sait maintenant qu’elle compte au bas mot 200 milliards d’étoiles. C’est grâce à ces mesures que l’on a pu déduire la distance de cette galaxie et prouver qu’elle était bien en dehors de la nôtre.

Aujourd’hui, grâce au télescope spatial Hubble, on a pu photographier une étoile isolée à plus de 5 milliards d’années-lumière. C’est à priori totalement impossible de voir un astre isolé à une telle distance. Mais grâce aux lentilles gravitationnelles (crées par la déformation de l’espace-temps due à la présence d’une grande masse), on peut voir briller un astre à priori invisible.

C’est comme si l’on avait rajouté une lentille naturelle au télescope.

Eh oui, la découverte de ciel peut s’avérer compliquée quand le ciel est couvert, voire pluvieux.
Ce week-end, plongez-vous dans un ciel virtuel avec les applications Nuit des Etoiles sur tablette (pour voir les choses en grand) ou smartphone.

Vous pourrez aussi vous refaire toute la série « Cosmos« , un classique du genre pour voyager loin dans l’univers.

Mais une belle nuit couverte nous rappelle aussi la chance que nous avons d’être entourés d’étoiles, qui nous offrent, nuit après nuit, un si beau paysage.

1-3 juin 2018.

Ce vendredi soir vers minuit, la Lune se lèvera avec Saturne.
L’occasion parfaite de repérer le Seigneur des anneaux dans le ciel.
Vous pourrez retrouvez Saturne les nuits suivantes car il se lèvera sensiblement à la même heure, au même endroit. Mais la Lune ne sera plus à côté de lui car elle nous tourne autour relativement plus vite. Chaque nuit elle se déplace d’environ 2 mains (à bout de bras) vers l’Est.

Voir les anneaux de Saturne est relativement facile dès lors qu’on a repéré la planète.
Une petite lunette avec un simple grossissement de 30x suffit à les distinguer. C’est surprenant, essayez !