28-30 septembre.

On a tous appris que la Terre tourne autour du Soleil. Mais comment s’en convaincre et le ressentir en observant le ciel ?

Le 27 juin, Saturne était en opposition, c’est-à-dire que cette planète était alignée avec la Terre et le Soleil dans le sens Soleil-Terre-Saturne. Ce soir-là, on pouvait donc voir Saturne se lever exactement au moment où le Soleil se couchait. Saturne est ensuite restée visible toute la nuit et à l’aube, elle est passée sous l’horizon quand le Soleil s’est levé.

Aujourd’hui, 3 mois plus tard, nous avons fait un quart de tour autour du Soleil. Comme nous avons changé de point de vue, nous verrons donc Saturne plein Sud au coucher du Soleil, et non plein Est.

Maintenant, vous pouvez vous convaincre que nous tournons bien autour de la Terre en une année, et l’expliquer à vos amis !

Atterrir sur un astéroïde aussi petit que Ryugu est très délicat : la gravité de cet astre de moins de 1 km de diamètre est si faible, qu’on se retrouve satellisé dans l’espace au moindre geste un peu trop brusque.

Samedi passé, la sonde Hayabusa2 a lâché deux petits rovers d’à peine 20 cm de diamètre, qui sont doucement « tombés » sur l’astéroïde. Après plusieurs rebonds ils se sont posés et ont pris des photos de la surface. Ce qui constitue un énorme succès.

Les rovers vont à présent se déplacer sur la surface de l’astéroïde, mais dans ces conditions, il est impossible d’utiliser des roues, car le moindre mouvement brusque renverrait le rover dans l’espace. La méthode retenue a donc été « le saut ». Les petits rovers font de mini-bonds de 15m de long mais qui durent tout de même 15 minutes tellement l’attraction reste faible.

La semaine prochaine, le 3 octobre, ce sera au tour de Mascot, un mini-robot dédié à l’analyse des sols et également embarqué à bord d’Hayabusa2, de tenter un atterrissage sur Ryugu. Le suspense reste entier…

Crédit: Jaxa, plus d’images en cliquant sur la photo

21-23 septembre.

On a coutume de dire que le Soleil se « lève » à l’Est pour se « coucher » à l’Ouest.

Si l’on remet les choses en perspective, rappelons tout d’abord que le Soleil ne se lève ni se couche : c’est notre point de vue qui évolue à chaque minute car nous sommes sur le vaisseau Terre qui tourne sur lui-même et nous nous orientons vers le Soleil tous les matins ou lui tournons le dos en fin de journée.

Celui qui observe attentivement le ciel, notera que l’on voit apparaître et disparaître le Soleil chaque jour à un endroit légèrement différent. Notre étoile ne nous indique pas strictement l’Est et l’Ouest, sauf deux jours précis dans l’année, lors les équinoxes.

Cette année, l’équinoxe d’automne aura lieu dimanche 23 septembre. Ce matin-là, le Soleil vous indiquera exactement l’Est à l’aube et précisément l’Ouest au crépuscule. Profitez-en pour prendre un point de repère et observer les variations du Soleil au fil de l’année.

 

Cela fait 15 ans que le rover Opportunity sillonne les vallées martiennes.
Ce robot, dont la durée de vie initiale était estimée à 3 mois, est donc un champion de la longévité. Depuis, il roule sur la planète rouge et a parcouru pas moins de 45 km.

L’énergie nécessaire au fonctionnement du rover provient de ses panneaux solaires. Or, cet été, une gigantesque tempête de sable a balayé toute la surface de Mars. Les vents de sable ont littéralement recouvert la planète à tel point que nous ne pouvions plus voir ses formation géologiques avec nos télescopes.

Durant la tempête, Opportunity s’est mis en sommeil en fonctionnant sur ses batteries. Les vents se sont depuis calmés, mais il ne s’est pas réveillé : cette longue période « d’hibernation » a eu raison de ses capacités et il est à présent obligé d’attendre que le Soleil soit assez fort pour recharger ses batteries. Malheureusement, ses panneaux sont très probablement recouverts de sable ce qui ralentit la recharge.

Chaque jour, nos grandes antennes de réception écoutent Mars, en espérant entendre le réveil d’Opportunity…

14-16 Septembre 2018.

Tout l’été, vous avez pu suivre la ronde des 4 planètes alignées d’Ouest en Est avec la Lune qui s’invitait parfois à leur ballet.

Ce week-end, retrouvez Jupiter qui sera à l’Ouest au crépuscule. Cette planète très distante de nous boucle sa ronde autour du Soleil en 12 ans, ce qui explique que nous la voyons se déplacer très lentement sur le fond des étoiles en comparaison avec Mars. En effet, comme Mars fait le tour du Soleil en 687 jours « seulement », son mouvement apparent peut être observé à l’oeil nu sur sur quelques jours.

Jupiter va donc traverser très lentement la constellation de la Balance. Si vous avez encore un doute pour l’identifier, aidez-vous de la Lune, qui sera juste au-dessus d’elle ce vendredi.

Nous vous invitions récemment à repérer la constellation du Sagittaire en vous aidant de Saturne, situé actuellement juste au-dessus.

Cette constellation va nous aider aider à repérer la Voie Lactée, cette grande structure qui brille faiblement, d’un aspect nébuleux et qui traverse le ciel. La Voie Lactée est particulièrement brillante dans le Sagittaire et c’est donc un bon point de départ pour la découvrir. Levez ensuite vos yeux au zénith, juste au-dessus de vos têtes, où vous retrouverez le Triangle d’Eté et la Voie Lactée qui le traverse. Vous pouvez continuer ainsi et voir que la Voie Lactée traverse bien le ciel de part en part, mais sera moins brillante par endroits.

La Voie Lactée est formée de milliards d’étoiles mais à l’oeil nu vous ne pouvez pas les discerner individuellement ce qui donne cet aspect brillant et nébuleux. Nous voyons ce bandeau d’étoiles autour de nous car nous sommes dans une galaxie qui comporte 200 milliards d’étoiles regroupées dans un grand disque plat. En regardant dans le ciel, nous voyons ce disque par la tranche ce qui crée un bandeau qui traverse le ciel. Le centre de la galaxie ce trouve en direction du Sagittaire ce qui explique pourquoi la Voie Lactée est plus brillante dans cette direction.

Notre étoile, le Soleil, n’est pas isolée dans l’Univers mais fait partie d’une galaxie qui regroupe environ 200 milliards d’étoiles. L’Univers lui-même ne se limite pas à notre galaxie, car il est constitué de centaines de milliards de galaxies.

Malgré quelques variantes, elles ont toutes en commun une forme globalement circulaire et plate. Notre galaxie, par exemple, est un grand disque 100 fois plus grand qu’épais, c’est-à-dire environ la même forme qu’un DVD, toutes proportions gardées.

Les étoiles tournent toutes autour du centre de leur galaxie et selon les lois de la gravité, elle accompliront un tour plus ou moins vite selon la distance au centre et la masse de la galaxie.

A notre grande surprise, une étude portant sur un échantillon 130 galaxies à mis en lumière qu’elles retournent toutes à la même vitesse malgré des tailles et des masses totalement différentes. Difficile d’expliquer ce phénomène pour le moment. Est-ce une coïncidence ou faut-il réviser notre théorie de la gravitation ?