Il y a 2 ans, Rosetta était volontairement crashée sur la comète Tchouriumov-Gerasimenko, gagnant ainsi un repos éternel sur la comète qu’elle a étudiée pendant plusieurs mois.

Revivez les 900 jours de cette épopée incroyable et tous ses rebondissements… dont celui de Philae sur la comète !

Ce reportage riche en émotion et en découvertes scientifiques aborde tous les aspects de la mission : les choix cruciaux, les doutes, les ingénieurs ingénieux, les scientifiques en effervescence et les talents de pilotage qui ont permis aujourd’hui de mieux connaître l’origine de la vie.

Plus que 2 jours pour regarder en replay et sur Arte le documentaire « L’Odyssée Rosetta ».

Soirée Star Guide à Lauris

La Terre sera aujourd’hui au plus près du Soleil, comme chaque année à la même date.
Cela paraît étonnant que cela se produise en plein hiver, quand il fait froid. Mais c’est oublier que dans l’hémisphère Sud, l’été bat son plein.

La distance entre la Terre est le Soleil varie de 5 millions de km entre le 3 janvier (périhélie, le point le plus proche) et le 3 juillet (aphélie, le point le plus éloigné). Cela représente une variation de 3% qui semble assez importante, mais qui n’a pourtant pratiquement aucune incidence sur le rayonnement reçu sur Terre.

La raison pour laquelle nous avons des saisons dépend uniquement de l’inclinaison des rayons solaires qui nous parviennent. L’énergie contenue dans un rayon solaire sera répartie sur une plus grande surface terrestre en hiver. Il fera donc plus froid qu’en été, quand les rayons sont plus verticaux.

Donc pour la même quantité d’énergie il fait plus chaud quand le Soleil est haut dans le ciel. C’est le cas en été dans l’hémisphère Nord et en hiver dans l’hémisphère Sud… et à l’équateur il fait chaud toute l’année !

Inclinaison Soleil Star Guide

Soirée Star Guide à Lauris

29-31 décembre 2017

Les rubriques « ciel du week-end » font généralement référence au ciel que vous avez en début de nuit car c’est souvent à ce moment que l’on est disponible pour jeter un oeil sur le ciel. Mais pour ce we du 31 nous sommes sur que vous serez presque tous encore bien éveillé à minuit !

Entre 2 bouchons de champagne, vous pourrez jeter un oeil par la fenêtre et voir la Star des stars ; Sirius.
C’est l’étoile la plus brillante du ciel, juste en dessous d’Orion que vous verrez plein Sud.

 

 

Sur les 3564 exoplanètes identifiées au 30 novembre 2017, moins d’une dizaine a pu être observée.

En effet, pour voir une planète orbiter autour d’une autre étoile que le Soleil, il faut un grand télescope car les détails sont très fins et l’étoile très lointaine. Mais cela ne suffit pas car l’éclat de la planète est de 1 million à 10 millions de fois plus faible que celui de l’étoile et il est donc nécessaire de « cacher » l’étoile pour ne pas être aveuglé. Mais comme si cela ne suffisait pas, il faut aussi corriger tous les défauts optiques induits par l’atmosphère terrestre lors de sa traversée.
Ce dernier point n’est pas une mince affaire car la turbulence atmosphérique produit des défauts qu’il faut corriger plus de 1000 fois par seconde à l’aide de petits miroirs déformables.

En développant SPHERE, un instrument complexe qui corrige tous ces défauts et en le couplant à l’un des plus grands télescopes du célèbre VLT du Chili, on a enfin pu obtenir l’image d’une exoplanète : HIP65426b

 

crédit ESO/VLT

Soirée Star Guide à Lauris

22-24 décembre 2017

Les voyageurs, les marins et même les Rois mages semblent s’être guidés sur Terre grâce aux étoiles… ou à une étoile en particulier. Quelle est-elle ?
Dans l’hémisphère Nord, nous avons un excellent point de repère : l’étoile polaire, aussi appelée Polaris, est la seule étoile « immobile » dans le ciel.

Mais ceci n’a pas toujours été vrai car la Terre oscille sur elle même en 26 000 ans et il y a 2 000 ans, son axe de rotation ne pointait pas vers l’étoile polaire mais vers une région du ciel sans étoile particulière. A cette époque, on voyait l’étoile polaire faire un grand cercle dans le ciel et il était malaisé de la suivre pour garder un cap.

Une comète aurait-elle pu être un point de repère des Rois mages ? Le problème est triple car non seulement la rotation de la Terre nous désoriente, mais en plus, la comète a son propre mouvement. Ainsi, sur plusieurs jours et suivant l’heure, il sera très difficile de garder un cap précis. De plus, le phénomène n’aurait pas duré assez longtemps pour permettre aux mages venus de Perse de parcourir tout ce chemin. Mais vous pouvez garder l’étoile filante sur le sapin, c’est quand même joli !

Une super nova serait-elle en cause ? Elle aurait été mentionnée dans les nombreux écrits, notamment chez les Chinois qui répertoriaient minutieusement tout événement astronomique.

Un hypothèse mentionne le rapprochement de Saturne et Jupiter, qui aurait signifié la « naissance d »un nouvel empire ». Cette conjonction ayant lieu dans la constellation des Poissons (qui symbolisait la Palestine, chaque constellation représentant un morceau de terre connu), les mages se seraient rendu en Palestine pour célébrer la venue de ce nouvel empire.

Mais peut-être les mages, tout comme les Touaregs ou les animaux, ont-ils pu se repérer de nuit à travers le désert en combinant toute une série d’observations qui, année après année, leur ont permis de retrouver « intuitivement » leur chemin par rapport aux éléments stellaires et terrestres.

De votre côté, n’hésitez pas à partager avec nous d’autres versions de ce phénomène dans les différentes cultures/religions/traditions que vous connaissez.

Joyeux Noël !

Soirée Star Guide à Lauris

Nous célèbrerons le solstice d’hiver ce 21 décembre.

C’est la période de l’année où les journées sont les plus courtes (et froides !). Besoin de luminosité ? Alors parlons du ciel, qui est bien bleu et du Soleil qui est… blanc.

Si vous étiez dans l’espace, vous verriez le Soleil plutôt blanc. En analysant la lumière de notre étoile, on observe qu’il s’agit d’un mélange de toutes les couleurs qui donne cet éclat global blanc. On peut s’en convaincre en utilisant un prisme ou simplement lors des arcs-en-ciel où la lumière du Soleil est décomposée. Lire la suite

15-17 décembre 2017

Cela fait un mois déjà que la célèbre constellation d’Orion pointait son nez en milieu de nuit.
Vous pouvez à présent la repérer en début de nuit au Sud-Est.

Orion est presque aussi célèbre que le Grande Ourse car on la repère très facilement grâce à l’alignement de trois étoiles brillantes encadrée de 4 étoiles tout aussi brillantes.
Les trois étoiles sont communément appelées la ceinture d’Orion (voir dessins ci-dessous) et font partie d’un grand nuage de gaz où se forment actuellement des étoiles.
Parmi les étoiles qui encadrent la ceinture on trouve Bételgeuse et Rigel. Ces 2 étoiles sont très différentes car Bételgeuse est une étoile géante rouge qui atteint presque 1000 fois le rayon solaire alors que Rigel qui est une étoile blanche qui ne fait « que » 80 fois le rayon solaire.
Leur différence de couleur peut être observée à l’oeil nu et nous renseigne directement sur leur température de surface : l’étoile rouge est « froide » avec 4000ºC et la blanche « chaude » avec 10 000ºC.

Crédit : Stellarium

La Nasa a annoncé (jeudi 14 décembre 2017) la découverte d’une huitième exoplanète orbitant autour de l’étoile Kepler-90. Cette découverte est doublement importante.
Premièrement, elle valide le fait qu’un autre système solaire identique au nôtre (8 planètes orbitant autour d’une étoile similaire à notre Soleil) peut exister dans l’univers.
Ensuite, parce que l’identification de cette dernière planète a été rendue possible grâce à l’intelligence artificielle. Une « machine à apprendre » développée par Google a enseigné à un ordinateur à scanner les signaux et à apprendre de façon autonome de ses propres résultats.

Plus d’infos ici.

Kepler-90i

Crédit image : NASA/Ames Research Center/Wendy Stenzel

On oublie souvent qu’il y a des étoiles filantes toute l’année.

En un an, ce sont 40 000 tonnes de poussières qui tombent sur la Terre et donc autant d’étoiles filantes car chacune de ces poussières créée une traînée lumineuse dans notre atmosphère. Lire la suite

Notre Soleil est une étoile de taille relativement standard.
Un bon nombre d’étoiles sont plus petites et certaines sont beaucoup, beaucoup plus grandes. Et pourtant, même dans un télescope, les étoiles nous apparaissent comme de simples points (voir notre post ici).

Ce week-end, nous allons découvrir une étoile singulière : Aldébaran, du Taureau.
Cette étoile géante rouge est juste en dessous des Pléiades.

Derrière ce point rouge facilement identifiable dans le ciel (voir carte), se cache une étoile géante de 45 fois le diamètre du Soleil. Dit autrement, si on la mettait à la place du Soleil, elle engloberait Mercure, la planète la plus proche du Soleil.

Pourtant, elle a pratiquement la même masse que notre astre car Aldébaran a enflé brutalement, comme le Soleil le fera dans 4 milliards d’années. C’est donc une très grosse étoile, très dense au centre mais très gazeuse sur son pourtour.

Les particularités ne s’arrêtent pas là : autour de cette étoile gravite une planète 6 fois plus grosse que Jupiter. Et pour compléter le tableau, une deuxième petite étoile tourne autour de tout cela.